Social medias et tendances en communication 2018

Valentin Richardot, rédacteur en chef à J’ai un pote dans la com est régulièrement sollicité pour faire partager son expertise à des étudiants de grandes écoles. Son site et ses extensions sur les réseaux sociaux offrent un contenu riche, original et accessible afin de décrypter les dernières tendances du monde de la communication et du marketing.

Vendredi 9 mars 2018, il est venu s’exprimer en conférence auprès des étudiants de l’EDHEC Business School sur le thème : Social Media et Tendances 2018.

 

Un monde en constante évolution

Comment créer encore aujourd’hui du contenu de qualité et lui donner une visibilité ? Cela n’est pas simple, les outils médias sont nombreux, l’audience volatile et l’information omniprésente. A l’ère de « l’infobésité » où tout un chacun parcourt quotidiennement 90 mètres d’actualité sur son téléphone, il est vital pour les créatifs de demain de comprendre cet environnement.

Tout débute avant même que la création de contenu ne commence. Un travail en amont est nécessaire et passe par la définition de l’audience type à cibler. Quelle est donc mon audience ? Cela suppose une analyse à la fois de son âge, sa localisation géographique, ses centres d’intérêt. Cela permet au contenu d’être en accord avec l’audience ciblée et également de mieux gérer les campagnes de communication. En effet, fédérer une audience passe par un contenu fidèle à une ligne éditoriale et donc cohérent.

Ensuite doit se conduire la création de contenu. Il est important de bien différencier le Reach de l’Engagement. Le Reach représente le nombre d’utilisateurs qui seront touchés par votre publication. Ces utilisateurs verront votre post dans leur fil d’actualité. Il peut être organic (non payant) ou paid (contenu sponsorisé sur Facebook). Chaque réseau social possède son propre modèle qui vous permet, même avec des moyens limités (pour une association étudiante par exemple ou une petite PME), de toucher des milliers d’utilisateurs ciblés. L’engagement représente le nombre d’utilisateurs qui vont interagir avec votre publication, typiquement sur Facebook un like, un commentaire ou un partage. Mieux vaut disposer d’un engagement fort, signe d’une audience fédérée, que d’un énorme reach sans réel ciblage. Cela signifie que votre contenu apporte une vraie plus-value à votre audience.

Ainsi, créer du contenu et le partager demande un cheminement bien précis. Celui-ci évolue énormément aujourd’hui et nous abordons maintenant différentes tendances marquantes.

 

Les grandes tendances 2018

Nous pouvons observer quatre grandes tendances qui façonnent le monde actuel de la communication.

1) L’éphémère : sur Instagram, les stories font trois fois plus de vues que le feed (fil d’actualité). Les gens recherchent du contenu très facile à digérer, du « snack content ». Le contenu doit donc être court et adapté. Une publication simple et efficace sera donc beaucoup plus appréciée. Attention, il s’agit d’être toujours authentique, en faisant découvrir les coulisses de la fabrication d’un produit par exemple. Il ne faut pas sombrer dans la rédaction d’un contenu dénué de sens (vous trouverez plus d’informations dans cet article).

2) Les influenceurs : en général, ils vivent de leur passion en créant un contenu qui convient à leur audience. Sponsoriser un influenceur est pertinent à condition de le laisser librement intégrer le produit dans sa ligne éditoriale. L’aspect financier ne fait pas tout pour ce type de collaboration publicitaire.

3) La Vidéo : la vidéo dispose d’un reach 9 fois supérieur à un post et 6 fois plus qu’une photo. Il est aussi à noter que le format vertical est préféré au format horizontal. Via la lecture automatique sur Facebook et les éléments de texte intégré à la vidéo, ce contenu gagne en popularité et crée le buzz.

4) La communication conversationnelle : les individus sont avides de sens et de vraie expérience. Un lien fort avec ses fans permet les retours et permet de faire évoluer le contenu et la relation avec les clients.

 

L’éthique des entreprises

Aujourd’hui, et cela de façon croissante, nous recherchons de l’expérience plus que de la possession. Le consommateur recherche de l’utilité (le « job to be done ») du bien ou service et non pas la marque en elle-même. Avec la démocratisation de la commande vocale, surtout sur le marché nord-américain, les achats se font sur les caractéristiques du produit et de façon bien plus détachée de la marque.

Les entreprises doivent alors s’impliquer sur le plan sociétal et écologique. Recréer du sens passe par la compréhension des besoins des communautés et l’écoute active de leur clientèle. L’outil de storytelling est en cela très pertinent pour donner du sens à une marque. Le consommateur est clairement au cœur de ce développement, l’entreprise doit alors suivre ses besoins et adapter sa stratégie.